Le bisphénol A (BPA) : danger potentiel et précautions

Le bisphénol A (BPA) : danger potentiel et précautions
5 (100%) 1 vote

Nous côtoyons le bisphénol A (BPA) partout dans notre environnement et notre quotidien.

Et pour cause, il peut être présent dans toutes sortes de plastiques alimentaires : bouteilles d’eau, boîtes de conserves, canettes, biberons, boîtes de rangement alimentaires, etc.Danger ou pas avec le bisphénol A

Mais aussi dans des produits non alimentaires que nous utilisons tous les jours : verres de lunettes, dvd, prises et interrupteurs électriques, papiers thermiques, tickets de caisse (sauf ceux indiqués sans BPA), jouets, produits cosmétiques tels que les gels, les lotions, les crèmes ou laits pour le corps, etc.

Le bisphénol A (BPA) est une substance utilisée en association avec d’autres substances chimiques pour la fabrication des plastiques et des résines. Il est, entre autres, employé pour l’élaboration du polycarbonate, un plastique dur et transparent de très haute performance.

Le problème majeur qui se pose aujourd’hui, est que des résidus de bisphénol A (BPA) peuvent également être présents les revêtements ou les films de protection qui recouvrent les canettes et les cuves destinées à recevoir des aliments et des boissons. Ainsi, il est possible que le BPA migre en petites quantités dans ces aliments et ces boissons stockés dans les emballages.

Quand il s’agit de biberons par exemple, et face à la polémique existante autour du BPA, cela engendre une colère légitime des mamans inquiètes pour leur bébé.

Quel est est le danger potentiel du bisphénol A (BPA) et les précautions à prendre.

C’est ce que nous allons voir dans cet article qui ne se veut pas alarmiste mais essentiellement informatif pour que chacun puisse agir s’il le juge nécessaire.

Quels sont les dangers du bisphénol A pour notre santé

Pour l’instant, le bisphénol A (BPA), est surtout pointé du doigt pour son effet perturbateur endocrinien.

Ainsi, à partir d’une certaine dose, il altérerait les fonctions élémentaires telles que la croissance, le développement, le comportement, le sommeil, la circulation sanguine ; ainsi que les fonctions sexuelles et reproductrices. Tout ceci à une certaine dose.

Si à ce jour, aucun effet cancérogène du bisphénol A n’a été démontré chez l’homme, les résultats des études récentes préconisent cependant la prévention des expositions des populations les plus sensibles : nourrissons, jeunes enfants, femmes enceintes et allaitantes.

Pourtant, la dangerosité du BPA n’est pas  clairement établie par les pouvoirs publics en Europe. De nouvelles études sont en cours. Malgré tout, le produit inquiète et interroge d’autant plus qu’il a déjà été supprimé dès 2008 dans les produits destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants aux États-Unis.

Voici ce que nous dit le site Conso-Globe sur le sujet : « En avril 2008, le Programme de toxicologie national des États-Unis (US National Toxicology Program) a conclu dans un projet de note d’information qu’aux niveaux actuels d’exposition au bisphénol A, il y a certaines inquiétudes à avoir quant aux effets sur le système nerveux et sur le comportement des fœtus, des nourrissons et des enfants. De plus, des rapports publiés par «Santé Canada» et «Environnement Canada» soulèvent des inquiétudes concernant d’éventuels effets nocifs du bisphénol A pour les nouveaux-nés et les nourrissons.
Face à ces éléments, le gouvernement canadien a annoncé, courant octobre 2008 qu’il allait interdire l’importation et la vente des biberons en polycarbonate qui contiennent du bisphénol A (BPA), ainsi que la publicité sur ces produits. »

À compter du 1er janvier 2011, la fabrication et la commercialisation de biberons contenants du BPA ont été interdites en France.

Au niveau européen, l’utilisation du BPA pour la fabrication de biberons pour nourrissons en polycarbonate a été interdite par l’adoption de la directive UE n° 8/2011 en janvier 2011 également.

En l’état actuel des choses voici la position de L’EFSA (European Food Safety Authority) :

Sur la base d’études animales, l’EFSA a conclu que le BPA à hautes doses (plusieurs centaines de fois supérieures à la dose journalière tolérable), était susceptible d’avoir un effet néfaste sur les reins et le foie. Il est également susceptible d’avoir un effet sur les glandes mammaires des rongeurs. La manière dont ces effets sont causés (le «mécanisme d’action») n’est pas claire. De possibles effets liés au BPA sur les systèmes reproductif, nerveux, immunitaire, métabolique et cardiovasculaire, ainsi que dans le développement de cancers sont considérés comme peu  probables à l’heure actuelle  mais ils n’ont toutefois pas pu être exclus.  Ils ajoutent à l’incertitude globale entourant les dangers associés au BPA et ils ont par conséquent été pris en compte dans l’évaluation.

De nouvelles études devraient avoir lieu dans les prochaines années.

Comment savoir si un emballage contient du bisphénol A ou non ?

Les fabricants sont tenus d’informer les consommateurs de la présence ou non de bisphénol A. Symbole sans bpa

Ainsi, lorsque le produit est totalement exempt de bisphénol, ont voit de plus en plus ce sigle ou cette mention indiquée : « BPA free » ou « Sans BPA« 

Mais quand ce n’est pas le cas, il faut chercher le symbole maintenant obligatoirement indiqué sur le produit dans le cas d’un emballage alimentaire.

Il s’agit d’un symbole de recyclage comme celui-ci : Symbole de recyclage

Dans ce symbole spécifique, on doit trouver un chiffre allant de 1 à 7.

Chaque chiffre a sa propre signification et indique la présence ou non de substances à base de bisphénol A (BPA) :

1:  Polytéréphtalate d’éthylène :   emballages en plastique de bouteilles (boissons gazeuses, bouteilles d’eau, etc.). NEUTRE mais à éviter de préférence.
2: Polyéthylène haute densité : contenants de produits ménagers et cosmétiques (détergents, assouplissants, shampoings etc.). OK
3: Polychlorure de vinyle : emballages alimentaires (viande, bouteilles d’huile, tétines de biberon, etc.). À ÉVITER
4 : Polyéthylène basse densité : pellicule plastique d’emballages (sacs). OK
5 : Polypropylène : autres contenants alimentaires (boîtes Tupperware, pots de yaourts, de beurre, de margarine etc.). OK
6 :  Polystyrène : Certains contenants de plats préparés, emballages jetables etc. À ÉVITER
7 : Autre. Principalement du polycarbonate : conserves, certaines bouteilles, biberons, gobelets, etc. À ÉVITER

RÉSUMÉ

Les différents symboles du bisphénol A BPA

• NEUTRE

Le chiffre 1 est neutre mais peut contenir des phtalates (certains sont des perturbateurs endocriniens). Si on peut les éviter, c’est mieux.

• RECOMMANDÉ

Les codes suivants sont corrects et à privilégier : 2 ou HDPE, 4 ou LDPE, et 5 ou PP (polypropylène).

• À ÉVITER

3 et 6 peuvent contenir du styrène et du chlorure de vinyle, tous deux potentiellement cancérigènes.

7  contient du polycarbonate avec particules de bisphénol A (BPA).

À NOTER : Quel que soit le symbole trouvé sur votre emballage, il vaut mieux s’abstenir de chauffer la nourriture dans des contenants en plastique, ce qui se fait beaucoup avec le micro-ondes.

Où trouver ces symboles sur les emballages ?

Selon le contenant, on le trouve en général en dessous ou sur le côté. Bien souvent gravé dans le plastique, on peut quelquefois avoir du mal à le trouver.Inscription sans bpa

Par exemple, sur une bouteille d’eau de marque Courmayeur, le marquage se trouve tout en bas de la bouteille, sur le côté. Il s’agit en l’occurrence du grade 1 (neutre).

Pour savoir si tel ou tel emballage contient du bisphénol A (BPA), il convient de se référer aux numéros indiqués dans les symboles de recyclage cités plus haut.

Sur cette boîte en plastique on trouve le symbole recyclage avec le chiffre 5 et la mention « SANS BPA« 

Comment éviter le bisphénol A (BPA) ?

  • Vous n’avez pas le choix si vous souhaitez l’éviter : il faut traquer les produits sans bisphénol sur les boites, les emballages, les robots ménagers comme les mixeurs,  les cuiseurs vapeur , les extracteurs de jus etc., en vous référant aux codes symboles cités plus haut. Par exemple dans cet autre article, nous avons référencé les auto-cuiseurs vapeur exempts de bisphénol A (BPA FREE) › lire l’article
  • Privilégiez les contenants en verre : seuls les bocaux en verres et les emballages en carton ne contiennent pas de bisphénol A (BPA).
  • Évitez les boites de conserves tapissées de résine d’époxy.

Autres produits sans bisphénol A

Biberons sans BPA

Robots multifonctions sans BPA

Mixeurs sans BPA 

Friteuses sans BPA

Multicuiseurs sans BPA

Extracteur de jus sans BPA

Pour une autre recherche sur Amazon.fr, taper le nom du produit recherché avec la mention « sans bpa » (clic sur l’image) :

Votre recherche de produits sans bpa sur Amzon

Pour conclure

Le bisphénol A est-il réellement dangereux pour la santé ? En l’absence d’études définitives et de chiffres stables concernant la dose journalière tolérable, il est légitime de se poser la question et de s’en inquiéter. Les problèmes endocriniens ne sont pas anodins, et peuvent suffire pour nous inciter à éviter cette substance.

Ainsi, le BPA à cause de ses effets perturbateurs sur  la reproduction masculine (baisse de la qualité du sperme et baisse des spermatozoïdes), est jugé par L’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) comme « une substance inquiétante pour la fertilité de l’espèce humaine« .

Sources :

http://www.efsa.europa.eu/fr/topics/topic/bisphenol

https://www.anses.fr/fr/system/files/CHIM2009sa0331Ra-0-An.pdf

http://www.cancer-environnement.fr

Un de ces liens n’est plus valide ? Merci d’en avertir Miss Futéecontact

Miss Futée participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr

Inscription newsletter Miss Futée Inscrivez-vous aux News de Miss Futée et recevez nos bons plans et bonnes affaires !Inscription newsletter

Un commentaire

  1. il y a beaucoup de substances chimiques utilisées très couramment (dans les détergents, matières plastiques, cosmétiques, textiles, peintures, colles, conservateurs, pesticides, emballages …) qui ont des effets néfastes sur le système hormonal : voir  » La prévention des risques des perturbateurs endocriniens  » : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=507

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer